Les bibliothèques d'artistes

Présentation du projet

Depuis quelques années les historiens de l’art s’intéressent aux bibliothèques d’artistes comme une nouvelle ressource pour mieux comprendre la genèse des œuvres d’art, identifier la sphère culturelle des artistes, cerner leurs savoirs et dessiner les contours de leur imaginaire.

Dis ce que tu lis, je te dirais qui tu es

Pour reprendre les mots de Françoise Levaillant, dans l’introduction des actes du colloque fondateur sur les bibliothèques d’artistes des XXe et XXIe siècles : « Une source livresque permet d’identifier, de dater et d’expliciter un thème ou un motif […]. Elle permet aussi de démontrer une ‟filiation”, intellectuelle ou technique, et d’inscrire enfin telle ou telle œuvre dans un environnement socio-culturel […] sans compter que les livres sont souvent des réserves d’images en tout genre ; parmi eux, notamment, les albums lus ou regardés dans l’enfance et l’adolescence, dont deux ou trois titres suffisent à restituer un imaginaire en acte dans le processus artistique ».

La bibliothèque d’un artiste constitue donc une ressource essentielle, et pourtant encore peu étudiée, pour reconstituer ses savoirs et son imaginaire et comprendre ses œuvres. La liste des ouvrages et des auteurs, les dates de publications, les traces de lecture… tous ces indices permettent de cerner les contours de sa vie intellectuelle. Par les illustrations ou les ouvrages de littérature artistique, ils documentent son musée imaginaire et les envois autographes laissent deviner une partie de son réseau de sociabilité. Comparés les unes aux autres, ces bibliothèques permettent de retracer la circulation des idées et des savoirs. Puisqu’elles en sont à la fois un des vecteurs et un des témoins, les bibliothèques d’artistes témoignent finalement des mécanismes d’émergence de l’esprit d’une époque, d’un lieu ou d’un mouvement artistique.

Le projet en quelques mots

      Le projet Les Bibliothèques d’artistes est un ambitieux programme qui croise recherche scientifique et innovation technologique. Son objectif est de reconstituer grâce aux outils numériques les bibliothèques des artistes. En rendant accessible sur internet les listes de livres, revues, catalogues ou illustrations qui formaient les bibliothèques de ces artistes et surtout en offrant la possibilité de feuilleter ces ouvrages directement depuis le portail, ce programme propose une expérience immersive dans l’intimité des artistes et la fabrique de leurs œuvres.

        Le projet se réalise sous la forme de ce portail numérique qui est conçu comme une véritable plate-forme de la recherche sur les bibliothèques d’artistes. Ce portail est organisé autour de 3 axes principaux : signalement et diffusion des ressources, élaboration de la recherche,  valorisation et médiation des résultats.
Il se concrétise aussi dans des rencontres et des événements scientifiques : le colloque Un Portrait intérieur, le musée imaginaire des impressionnistes (6-7 septembre 2016, musée des Beaux-arts de Rouen), le séminaire Imaginaires et représentations des bibliothèques (INHA, en collaboration avec Thalim, 1er semestre 2018).

 

Un projet ancré dans un écosystème de recherche dynamique

        Ce programme est mené au sein du laboratoire Histoire des Arts et des Représentations (HAR-EA 4414)  à l’université Paris Nanterre [lien cliquable http://www.parisnanterre.fr/] et porté par le labex Les Passés dans le présent (ANR-11-LABX-0026-01). Dirigé par Ségolène Le Men, professeur émérite d’histoire de l’art de l’université de Nanterre, et mené par Félicie Faizand de Maupeou, ingénieur de recherche au Labex Les Passés dans le présent, ce programme bénéficie de la collaboration de nombreux chercheurs associés, membres du HAR, chercheurs internationaux ou conservateurs. Ce projet profite également du soutien de la COMUE Université Paris Lumières et il est développé en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France. La bibliothèque de Monet qui est actuellement en ligne est le premier volet d’un projet qui a vocation à s’étendre par l’intégration des bibliothèques d’artistes du XIXe siècle à aujourd’hui. Nous sommes en discussion avec plusieurs institutions pour l’intégration des bibliothèques d’Eugène Delacroix, Antoine Bourdelle, Le Corbusier, André Masson, Francis Bacon, Joan Miro, Hans Hartung, Isidore Isou, Guy Debord… Les bibliothèques d’artistes n’étant pas des objets de recherches aisés, chacune demande un travail spécifique, que ce soit l’inventaire d’un fonds, l’interopérabilité avec des bases de données existantes ou la reconstitution d’une collection mentale.

       Nous espérons pouvoir très bientôt mettre en ligne d’autres fonds afin d’accroitre les possibilités de recherche sur les bibliothèques d’artistes !