fr
Les bibliothèques d'artistes

Claude Monet et sa bibliothèque de Giverny

La bibliothèque du peintre Claude Monet est toujours conservée dans la maison de l’artiste à Giverny. L’étude de ce fonds exceptionnel permet de remettre en question l’adage selon lequel Monet ne serait qu’un œil. En feuilletant ses livres, on découvre au contraire que le père de l’impressionnisme était un homme de savoir, très bien inséré dans la sphère culturelle de son époque.

Un fonds oublié

Le choix de Monet comme première bibliothèque du portail s’explique d’une part par l’intérêt des membres de l’équipe pour ce peintre, par la possibilité offerte par l’Institut de France de travailler au sein de ce fond exceptionnel. Par ailleurs, aussi étonnant que cela puisse paraître, aucune étude n’avait été consacrée à ce fonds. Daniel Wildenstein l’évoque à plusieurs reprises dans les notes de son catalogue raisonné sur quelques lettres de la correspondance ; Marianne Alphant, Claire Joyes et Paul Tucker le mentionnent également mais sans jamais s’y plonger complètement. Seul le fonds japonais avait fait l’objet d’une attention particulière, en lien avec sa collection d’estampes.

Travailler sur la bibliothèque de Monet

Un premier travail de recensement ayant été effectué par les équipes de la maison Monet, que nous remercions pour leur accueil et leur aide, nous avons réalisé un récolement des ouvrages afin de vérifier leur présence et les informations bibliographiques.
Ce catalogue a fait l’objet d’une première publication sous forme de liste en annexe de l’ouvrage intitulé La Bibliothèque de Monet.
Par sa mise en ligne sur le portail, l’enjeu est aujourd’hui de dépasser la publication papier en utilisant les technologies numériques pour explorer de manière interactive cette collection.

Monet dans sa bibliothèque

Après avoir déménagé de nombreuses fois, Monet s’installe à Giverny en 1883. Il y restera jusqu’à sa mort en décembre 1926.

La maison conserve donc les traces de Monet, l’homme et le peintre. Si parmi les toiles, les originaux ont été remplacés par des copies, la bibliothèque est quant à elle restée presque intacte. À l’écart du parcours de visite, elle est située dans le second atelier que l’artiste a fait aménager au premier étage d’un bâtiment annexe à la maison principale. Il y travaille à partir de 1899, alors que son premier atelier est devenu un espace d’exposition plus que de travail et avant de faire construire son troisième atelier, dédié à la réalisation des Nymphéas.

Suivons Ségolène Le Men dans la visite de ce vaste espace éclairé par une grande verrière au nord : « Dans le second atelier, lors de la restauration entamée en 1976, ont été rangés – sur les rayonnages de placards spécialement aménagés – les livres trouvés sur place en cartons, et qui pour certains étaient restés « serrés », comme l’on dit en Normandie, sur les cinq étagères d’une grande armoire vitrée fin de siècle en pitchpin, à rideaux intérieurs en voilage, qui se trouvait initialement dans l’atelier […] La disposition actuelle, qui a le mérite de mettre en évidence l’intérêt du peintre pour la littérature et les arts, se présente en trois ensembles : les livres de grand format, avec leur reliure ou leur couverture imprimée d’origine, les catalogues de vente ou d’exposition, des brochures ainsi que les livres de voyage et les guides, composent le premier ; les livres protégés par une reliure rouge – la littérature au sens large –, le second ; les autres, à reliure bleue – livres d’histoire de l’art et essais sur l’art –, le troisième. Les reliures qui ont préservé les livres ont aussi conduit à la disparition des couvertures imprimées, et peut-être au massicotage des tranches ». Cet ensemble est complété par les livres d’horticulture, qui sont pour la plupart rangés dans les placards à claire-voie du salon bleu dans la maison principale.

Pour aller plus loin dans la découverte de la bibliothèque de Monet, nous vous invitons à consulter les quelques ouvrages de références mentionnés ci-dessous, à explorer notre « zoom sur… » qui lui est consacré et bien sûr à parcourir les ouvrages de sa bibliothèques.

 

 

Ouvrages de référence 

Ségolène Le Men, Claire Maingon, Félicie de Maupeou, La bibliothèque de Monet, Paris, Citadelles et Mazenod, 2013

Cette anthologie de textes tirés de la bibliothèque de l’artiste et mis en regard des œuvre de sa main ou celle de ses camarades impressionnistes révèlent ses goûts artistiques, ses maîtres en peinture et son musée imaginaire. Ils lèvent aussi le voile sur ses centres d’intérêt, de l’actualité aux voyages en passant par la vie moderne ou l’horticulture.

Ségolène Le Men, « Les Bibliothèques d’art, une ressource pour l’histoire de l’art », Perspective : actualité en histoire de l’art, 2, 2016, p.111-132

Cet article examine la manière dont les bibliothèques d’artistes sont devenues depuis quelques années un corpus important pour les historiens de l’art. Il soulève également les questions épistémologiques et méthodologiques que cette ressource pose à la discipline qui, pour étudier cette ressource, s’empare d’approches relevant aussi bien de la génétique, la sociologie ou l’histoire culturelle.

Félicie Faizand de Maupeou, « Les bibliothèques d’artistes au prisme des humanités numériques : la bibliothèque de Monet », Perspective : actualité en histoire de l’art, 2, 2016, p. 175-180.

Cet article présente le projet Les Bibliothèques d’artistes, les questions méthodologiques, techniques et pratiques qu’il soulève à travers l’exemple de la mise en ligne de la bibliothèque de Monet.

Ségolène Le Men, Monet, Paris, Citadelles et Mazenod, 2010

Parmi les très nombreuses biographies consacrées à l’artiste, celle de Ségolène Le Men se caractérise par son ouverture à de nouvelles approches comme l’histoire culturelle ou l’histoire de l’illustration et grâce à des rapprochements avec d’autres champs artistiques, en particulier les arts décoratifs et graphiques.