Les bibliothèques d'artistes

Le catalogue de vente de la Bibliothèque d'Edouard Detaille

Edouard Detaille est un peintre d’histoire de la fin du XIXe siècle (1848-1912) spécialisé dans la peinture militaire. Encouragé par sa famille aisée qui entretient des relations avec plusieurs artistes, il s’oriente très tôt dans la carrière artistique. Il se forme dans l’atelier d’Ernest Meissonnier, un célèbre artiste du temps, lui-même peintre bataille. Soucieux de représenter la guerre le plus fidèlement possible et dans ses aspects les plus divers, du champ de bataille à la vie quotidienne du campement, il suit très souvent l’armée et s’y engage même volontairement pendant la guerre de 1870. Avec son camarade, le peintre Alphonse de Neuville, il réalise deux panoramas sur la bataille de Champagny et celle de Rezonville. Dans les années 1890, il se tourne davantage vers le passé et se spécialise dans la représentation de l’épopée napoléonienne.

Si l’académisme de son style et la désaffection pour l’iconographie militaire l’ont fait peu à peu tomber dans l’oubli, sa carrière fut d’abord auréolée de succès. Médaillé au Salon, il a été président d’honneur de la Société des artistes français, membre de l’Académie des Beaux-arts de l’Institut et plusieurs de ses toiles rencontrèrent un très grand succès populaire. Mais à partir du tournant du siècle, il commence à être critiqué d’un point de vue idéologique, avec la montée de l’antimilitarisme, et technique, face à l’impressionnisme qui s’impose.

Un peintre documentaire

Detaille concevait la peinture d’histoire comme devant être le reflet le plus exact possible de la réalité. Pour y parvenir, il réunit une importante documentation, fondée soit sur son observation de la réalité sur le champs de bataille, soit des photographie, soit des ouvrages. Il réunit ainsi une immense bibliothèque dont les ouvrages décrivent les guerres du passé ou éclaircissent des points de détail de son époque. Il lit énormément de mémoires, récits et témoignage mais aussi des règlements, des manuels de guerre ou des recueils. Ces ouvrages constituent un véritable outil de travail et ses lectures lui inspirent parfois directement le sujet de ses tableaux.

Il rassemble également une immense iconothèque dont les estampes, lithographies et gravures documentent les détails des costumes, des drapeaux ou des équipements. Il se sert également de la photographie essentiellement pour fixer les paysages qui serviront de décor à ses scènes de bataille et parfois pour des modèles qui n’ont pas le temps de poser pour lui.

Sa peinture minutieuse se nourrit également de son importante collection de militaria. Ces coiffures, armes, uniformes et toutes sortes d’accessoires lui permettent de reconstituer des scènes dans son atelier du 129 boulevard Malesherbes ou de vérifier un détail lors de la réalisation finale de ses toiles.

Son naturalisme et son souci de véracité dans le moindre détail finissent par donner à ses tableaux une vraie valeur documentaire.

Travailler sur la bibliothèque

La liste des ouvrages de la bibliothèque de Detaille est connue grâce au catalogue de vente après décès dont elle a fait l’objet. L’artiste avait exprimé la volonté qu’un musée Detaille soit créée dans son hôtel particulier après sa disparition, pour exposer ses œuvres et sa collection de militaria. Le projet n’a pu aboutir faute de financements suffisants et dans le contexte du déclenchement de la 1ère Guerre mondiale. La collection d’objets militaires et ses toiles ont finalement été déposées au musée de l’Armée et le reste de son atelier a été disséminé lors de trois ventes successives en mars et avril 1913. La vente de la bibliothèque intervient en dernier et s’étale sur pas moins de quatre jours, ce qui s’explique par les 712 lots que compte le catalogue.

La très grande majorité des bibliothèque privées, qui passent en vente publiques, sont vendues par lots qui ne sont que très sommairement décrits (par exemple, « lot de 400 romans modernes »), ce qui ne permet pas d’avoir une image très nette de la collection de livres d’un artiste. Le catalogue de vente de la bibliothèque de Detaille est au contraire exceptionnellement détaillé. Tous les ouvrages, même ceux regroupés sous un même numéro, sont décrits pièce à pièce, avec toutes leurs informations bibliographiques, complétées par une description matérielle des volumes, la mention des envois et parfois des commentaires sur la qualité de l’ouvrage ou son état.

Aussi minutieuse soit-elle, la retranscription d’une telle source pose de nombreuses questions et impose de faire des choix, méthodologiques. Les informations ont été recopiées telles qu’indiquées dans le catalogue source ; elles n’ont pas été complétées et/ou corrigées. Certaines notices bibliographiques pourront donc apparaitre comme erronées ou incomplètes. Le travail d’alignement de ces notices avec celles de la BnF permet de compléter cet inventaire et d’obtenir des informations bibliographiques plus précises.

Les ouvrages ayant été disséminés à l’issue de cette vente, il est difficile de déterminer le degré d’exactitude et de précision de cet inventaire. Ce catalogue offre néanmoins un témoignage irremplaçable et certainement un reflet assez exact de ce qu’a pu être la bibliothèque de Detaille.

Le catalogue est organisé en sept sections – Belles-lettres, Beaux-arts, Histoire, Histoire des Armées et historique des régiments, Recueil d’estampes et de lithographies, Costumes civil et militaire, gravures. En avril 2021, les quatre premières sections de livres ont été retranscrites Elles dessinent le portrait d’un peintre érudit, aussi bien lecteur des écrivains de son temps que des classiques. Néanmoins, si les sections Belles lettres et Beaux-arts sont assez fournies, elles restent plus restreintes que les sections historiques quand on regroupe toutes celles qui s’y rapportent. Cela confirme bien la dimension documentaire de cette bibliothèque. Sans être véritablement bibliophile, Detaille semble aussi s’être intéressé à la qualité des ouvrages acquis et un certain nombre d’entre eux sont des exemplaires numérotés. Si elle est rarement reproduit, la mention des envois dessine aussi le cercle de sociabilité et surtout le large éventail des centres d’intérêt de l’homme du monde qu’était Detaille et notamment son goût pour les spectacles et notamment l’opéra.

Félicie Faizand de Maupeou

 

Ouvrages de référence 

Bibliothèque de feu Edouard Detaille, membre de l'Institut, président de la Société des Artistes français, J. Meynial, [1913]. Vente, 23-26 avril 1913, Paris (Hôtel Drouot). Com. Pris. : Ch. Dubourg, Lair-Debreuil)]

Le catalogue de vente de la bibliothèque de Detaille est notamment conservé à la BnF. Il est la source principale de ce travail. Les ouvrages consacrés à Detaille, peintre aujourd'hui tombé dans l'oubli, sont peu nombreux.

Jean Humbert, Edouard Detaille, l'héroïsme d'un siècle,  Paris, Copernic, 1979

Il s'agit de l'ouvrage le plus récent et le plus complet consacré à Detaille.  L'auteur y retrace l'ensemble de sa vie et de sa carrière selon une approche biographique assez classique.

Jean Valmy-Baysse,  Edouard Detaille, sa vie, son oeuvre, Paris, Librairie F. Juven, 1910 

Cette biographie écrite dans un style hagiographique par un écrivain contemporain de l'artiste, se concentre principalement sur la carrière de Detaille.